Santé

Rapetisser avec l’âge : pourquoi devient-on plus petit avec l’âge ?

Devenir plus petit en vieillissant, une réalité avec laquelle il paraît difficile de s’accorder. Les études sur le sujet révèlent bien la logique. A partir d’un certain âge, la taille reste à un état statique puis régresse avec la vieillesse. Cet article aura pour but de clarifier davantage la notion de la décroissance.

Comprendre le processus de la croissance

Le développement du squelette constitue la base même de la croissance de l’homme. En effet, depuis la grossesse, sous l’influence de diverses hormones, les pièces osseuses du fœtus se constituent et se développent. On observe alors les variations morphologiques de ce dernier jusqu’au terme de la grossesse. A la naissance, on a un bébé avec une charpente osseuse bien constituée, dont le développement va se poursuivre.

Lire également : Comment relâcher le stress ?

Les apports nutritionnels, les facteurs génétiques et toujours l’influence hormonale concourent ensemble à la maturation et au développement de la charpente précédemment constituée. Le petit être va donc grandir, jusqu’au terme de sa croissance osseuse. En effet, autour de la vingtaine, la croissance osseuse s’arrête, les cartilages de croissances se ferment. A partir de ce moment-là, il n’y a plus d’augmentation de taille.

A lire aussi : Comment améliorer la concentration et la mémoire ?

La dégénérescence de la taille 

La vingtaine marque donc en général la fin de la croissance. La taille acquise va rester statique grâce à la solidité de la charpente osseuse (les os des membres inférieurs et de la colonne vertébrale surtout) et à l’effort complémentaire des différents muscles. La survenue de la vieillesse vient réorganiser l’équilibre précédemment établi.

En effet, à la quarantaine, la vieillesse avec son lot de perturbations viennent renouveler l’ordre. Les perturbations hormonales qu’elle engendre vont favoriser la survenue de l’ostéoporose. C’est une diminution de la densité osseuse. L’os est donc fragilisé et plus sujet aux fractures. Chez la femme à la ménopause, le risque de fracture est plus grand. Cela peut favoriser la diminution des espaces intervertébrales et donc un rétrécissement de la colonne vertébrale qui va affecter la taille.

De même, le relâchement musculaire au cours de la vieillesse entraîne une modification de la posture qui aura un impact sur la taille. La déstructuration des cartilages et des surfaces articulaires au niveau des os longs des membres inférieurs avec l’arthrose participent à la diminution de la taille.

En somme, la diminution de la taille de la vieillesse se fait de manière physiologique. On perd naturellement donc quelques centimètres. Il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. Par contre, une perte importante de taille en l’espace d’une courte période devrait être alarmante et mérite l’avis d’un expert.